Sanofi Pasteur MSD entendu

Publié le par RR

logo actif clic ouvre la source
 
Sanofi Pasteur MSD entendu
par la mission d’information sur la grippe aviaire
 
La mission d’information sur la grippe aviaire, créée par la conférence des présidents de l’Assemblée nationale, a auditionné ce matin Didier Hoch, président de Sanofi Pasteur MSD et par ailleurs président de l’Association des fabricants de vaccins européens, et Jacques Berger, directeur général délégué de Sanofi Pasteur MSD, sur la question des vaccins.
 
«Nous sommes comme des sportifs de haut niveau, nous savons qu’il va falloir faire une course, on s’y prépare, mais on ne sait pas quand, ni où» sera donné le départ, a résumé Jacques Berger. «Le jour venu, il faut être dans les meilleures conditions, il va falloir multiplier nos efforts pour fabriquer le maximum de doses en un minimum de temps».
 
Sanofi est leader sur le marché des vaccins et représente 40% de la production mondiale. L’entreprise est donc une interlocutrice privilégiée pour la question de la vaccination en cas de pandémie de grippe aviaire. Deux accords ont déjà été signés avec les Etats-Unis et la France et des négociations sont en cours avec d’autres pays européens. «Nous menons des opérations similaires aux Etats-Unis et en Europe», a confirmé Didier Hoch.
 
Sachant qu’on ne peut fabriquer le vaccin dit pandémique qu’une fois que le virus aura été identifié, Sanofi «s’entraîne» sur la souche H5N1 dont on dit qu’elle serait la plus proche de celle attendue et fabrique actuellement un vaccin prototype dans ses unités de New-York et de Val-de-Reuil. «C’est le véhicule dans lequel on mettra le virus identifié», a précisé Didier Hoch. L’avantage en testant l’ensemble de la chaîne, de la R&D à la production, c’est que les équipes sont entraînées à faire vite et à se renouveler. «Nous avons commencé aux Etats-Unis, les autorités américaines ayant lancé un appel d’offre, puis de notre propre chef en Europe», a détaillé Didier Hoch.
 
Sécuriser les œufs
 
La capacité de production actuelle de vaccin contre la grippe est de 300 millions de doses, au niveau mondial, pour le virus saisonnier, ce qui correspond à la consommation actuelle. 240millions sont fabriquées en Europe et le reste aux Etats-Unis, Japon et Australie. «Mais pour adapter l’outil industriel, il faut avoir des informations sur les demandes», s’est inquiété Didier Hoch. «Il faut que les pays expriment leurs besoins et acceptent de ne pas fermer leurs frontières, ce qu’il n’ont pas tous encore fait». Le délai donné par Sanofi entre le moment où il connaîtra les antigènes du virus identifiés par l’OMS et le moment où il commencera à fabriquer le vaccin est de 3 mois. Bien qu’ils fassent tout pour être prêts, une des difficultés soulignées par les responsables de Sanofi Pasteur MSD est la sécurisation de l’approvisionnement en œufs. Car le vaccin pré-pandémique est produit sur des œufs, la technique de culture cellulaire n’étant pas encore suffisamment au point. Les Etats-Unis ont toutefois pris les devants, et aident financièrement Sanofi à concevoir ce que serait une telle usine.
 
17 Novembre 2005 Laurence Geffroy
Asssemblée Nationale  mission d'information parlementaire Grippe Aviaire

Publié dans Santé

Commenter cet article