Grippe aviaire : évaluation du risque de pandémie

Publié le par RR

 
OMS  - Grippe aviaire : évaluation du risque de pandémie -
.
En guise de présentation d’un rapport fait par l’OMS en Janvier 2005: «  Grippe aviaire , évaluation du risque de pandémie », vous trouverez  ci-dessous un extrait de la première des 64 pages ( PDF sourcé en fin d’article)
 
Janvier 2005 ?...Effectivement nous sommes en Octobre 2005.
 
Mais ce rapport situe la problématique multidimensionnelle sous de nombreux axes géographique, historique, biologique, virologique …
 
Pour les informations de mise à jour des données concernant H5N1 et autres la consultation du site Influenza H5N1 s’impose en lien et ici.
 
Ce rapport de l’OMS  est une aide à la compréhension des débats actuels. Bonne lecture.
 
« LEE Jong-wook
 
Directeur général Organisation mondiale de la Santé
 
Les pandémies de grippe provoquent une forte morbidité, une surmortalité et des perturbations socioéconomiques.
 
Il y en a eu trois au XXe siècle, en 1918, en 1957 et en 1968.
 
En 2004, la menace de pandémie a été plus réelle que jamais.Jusqu’à présent, les pandémies étaient précédées d’une explosion soudaine et totalement imprévue du nombre de cas. Cette fois-ci, l’avertissement est on ne peut plus clair. Pendant l’année 2004, des flambées sans précédent de grippe aviaire hautement pathogène due au virus H5N1 se sont déclarées chez les volailles dans une vaste partie de l’Asie. Le virus a franchi la barrière des espèces et a contaminé l’homme, provoquant une forte mortalité. A mesure que la situation évoluait – les opérations de suivi étant coordonnées par l’OMS –, on a observé de nombreux signes semblant indiquer qu’une pandémie était imminente. Cette fois-ci, le monde a une chance de se défendre contre un virus à potentiel pandémique avant qu’il ne frappe.
 
La préparation à une pandémie pose un dilemme : quelle importance accorder à un événement imprévisible, mais dont les conséquences risquent d’être catastrophiques, alors que nombre de besoins sanitaires urgents et bien réels ne sont pas satisfaits ?
 
En un tel cas, il est utile d’examiner tous les faits connus pour faire le point et tâcher de déterminer ce qui peut se produire et ce qu’il faut faire. C’est précisément l’objet de cette publication.
 
En nous donnant un avertissement clair, le virus H5N1 nous a laissé le temps de mieux nous préparer. En 2004, la crainte d’une pandémie a donné lieu à une série d’opérations coordonnées par l’OMS grâce auxquelles le monde est maintenant mieux préparé à la prochaine pandémie, quels que soient le moment auquel elle surviendra et le virus qui la causera.
 
De par sa grande mobilité et ses nombreuses interconnections, notre monde reste cependant extrêmement vulnérable. Nul ne peut dire si la situation actuelle montrera rétrospectivement qu’on l’a échappé belle une fois de plus ou sera le prélude à la première pandémie du XXIe siècle. Tenons-nous prêts en prévision de cette deuxième éventualité. »
 
PDF de 64 pages du rapport en français de l’OMS :Grippe aviaire : évaluation du risque de pandémie
 

Publié dans Santé

Commenter cet article

ryback 01/10/2005 14:37

C clair, maintenant c'est comment les choses vont progresser ?

peregrina touque 01/10/2005 12:20

Coucou Drakkar, c'est encore moi!
Je viens de parcourir le document de l'OMS que je trouve très bien fait, très complet. Merci pour l'info.
C'est très inquiétant mais ça on le savait déjà.
Amicalement.