Grippe et SRAS

Publié le par RR

 
 
GRIPPE ET SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SEVERE (SRAS),
DES MENACES DE PANDEMIE EN CAS DE FRANCHISSEMENT DE LA BARRIERE
DESPECES
 Sylvie Van der Werf  à l’Académie de Médecine Paris Juin 2004
 
 
« Institut Pasteur, Paris
 
L’épidémie de Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS) survenue en 2003 a mis en évidence de façon dramatique le potentiel de diffusion rapide d’un nouveau virus respiratoire émergent et son impact non seulement en termes de santé publique mais également en termes économiques. Ceci à cause, notamment, des coûts parfois élevés du traitement de la maladie et de ses conséquences sur les échanges commerciaux et touristiques entre les zones touchées et les zones indemnes. L’émergence d’un nouveau sous-type de virus grippal à partir de son réservoir animal pourrait, du fait de son mode de transmission, donner lieu à une diffusion mondiale encore plus explosive et dévastatrice, comme ce fut le cas lors des pandémies de grippe au cours du XXième siècle. L’extrême plasticité génétique des virus à ARN, tels que les coronavirus et les virus grippaux par mutation, recombinaison ou réassortiment, est source d’une grande diversité et d’un brassage génétique continu au sein des espèces animales qui les hébergent. Elle offre un potentiel constant d’émergence dans la population humaine. Ce potentiel est notamment souligné par la survenue de cas humains d’infection par des nouveaux sous-types de virus grippal A lors des récents épisodes de grippe aviaire en Asie (virus H5N1), aux Pays-Bas (virus H7N7) ou au Canada (virus H7N3). Néanmoins, notre compréhension des mécanismes et déterminants qui influencent les changements de tropisme ou de virulence virale, et celle des facteurs qui déterminent la capacité de franchissement de la barrière d’espèces et l’établissement dans la population humaine restent fragmentaires. Ceci souligne la nécessité de développement de recherches, afin de mieux appréhender le risque pandémique viral, et celle d’une collaboration internationale efficace pour une surveillance renforcée, à la fois chez l’homme et l’animal domestique ou sauvage, dans la perspective d’une identification précoce d’un virus à potentiel pandémique et de la mise en œuvre de mesures de contrôle sanitaire et de mesures thérapeutiques et prophylactiques dans le cadre des plans de lutte pandémique. »
 
* Unité de Génétique Moléculaire des Virus Respiratoires, Institut Pasteur, 25 rue du Docteur Roux, 75015
Paris - email : svdwerf@pasteur.fr
 
source Académie de Médecine Séances publiques : "Virus, agents transmissibles non conventionnels et barrières d’espèces".06/2004 PDF
 

Publié dans Santé

Commenter cet article

ryback 30/09/2005 19:02

Je suis tout à fait d'accord avec vous. en effet, l'émergence de ces nouveaux virus qui franchissent la barrière dite des espèces constituent, de part leur nouvelle forme, soit une curiosité scientifique ou au pire un risque important pour la santé mondiale. Les chercheurs ont énormément de travil devant eux.
Merci encore pour vos articles très précis. je crée un lien chez moi.
Amicalement.