Canada : Vaccination Groupes Prioritaires

Publié le par RR

 
Canada : Vaccination Groupes Prioritaires
 
Plan canadien de lutte contre la pandémie d'influenza
 
Annexe D février 2004
 
Extrait :
« Ces recommandations seront distribuées sous forme de directives nationales dès que possible, et l’on s’attend à ce qu’elles soient suivies par toutes les instances afin d’assurer un programme cohérent et équitable.
 
Groupes prioritaires recommandés
 
Les estimations des effectifs de population faites de chacun des groupes sont basées sur des données de 1998. Chaque instance est encouragée à dégager ses propres estimations de ces groupes prioritaires dans le cadre de ses activités de planification en cas de pandémie.
 
Groupe 1 :
 
Travailleurs de la santé, travailleurs paramédicaux/ambulanciers et travailleurs de la santé publique (environ 600 000)
 
Justification : Les secteurs des soins de santé et de la santé publique constitueront la première ligne de défense lors d’une pandémie. Le maintien de l’intervention des services de santé et du programme de vaccination est le pivot de la mise en œuvre du plan d’intervention, afin de réduire la morbidité et la mortalité. Les travailleurs des services de santé peuvent être considérés dans les milieux de travail suivants aux fins de la planification du programme de vaccination :
 
. centres hospitaliers de soins de courte durée
. centres hospitaliers de soins de longue durée/foyers de soins infirmiers
. bureaux privés des médecins
. travailleurs en soins à domicile et autres établissements de soins communautaires
. bureaux de santé publique
. services ambulanciers et paramédicaux
. pharmacies
. laboratoires
 
Groupe 2 :
 
Dispensateurs de services essentiels (environ un million)
 
Justification : La capacité de bâtir une intervention efficace durant une pandémie peut dépendre de façon importante de personnes appartenant aux groupes susmentionnés qui sont en place pour maintenir les services communautaires clés. Ces individus qui sont essentiels à l’intervention ou au maintien des services communautaires clés peuvent varier d’une instance à l’autre. Les plans régionaux refléteront sans doute ces différences, mais elles sont susceptibles d’inclure :
 
. les policiers
. les pompiers
. les forces armées
. les décideurs clés des interventions en cas d’urgence (p. ex., représentants élus, travailleurs essentiels du gouvernement et personnel des services en cas de catastrophe)
. les travailleurs des services publics (eau, gaz, électricité et systèmes de communication essentiels)
. le personnel des services funéraires/mortuaires
. les personnes qui travaillent auprès de bénéficiaires dans des établissements (p. ex., centres correctionnels)
. les personnes qui sont employées dans le transport public et le transport des produits de première nécessité (tels que les aliments)
Les critères d’admissibilité à la vaccination devraient être définis en fonction du travail/des tâches effectués par l’individu plutôt que du titre de son poste.
 
Groupe 3 :
 
 Les personnes à risque élevé de présenter des complications sévères ou fatales suite à l’influenza
 
Justification : En vue de réaliser le but de réduction de la morbidité et de la mortalité, il convient de vacciner les personnes les plus susceptibles de présenter des complications graves. Aux fins de la planification, nous avons basé ce groupe prioritaire sur les groupes à risque élevé qui ont été identifiés par le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) dans ses recommandations annuelles sur les vaccins. Des groupes additionnels ont également été inclus suivant les données indiquant un risque élevé. Par exemple, durant les épidémies annuelles, les enfants en bas âge présentent des taux d’hospitalisation similaires à ceux des personnes âgées.
La fixation des priorités des sous-groupes suivants du Groupe 3 dépendrait de l’épidémiologie de la maladie imputable à l’influenza au moment d’une pandémie.
 
A : les résidents des foyers de soins infirmiers, des centres hospitaliers de soins de longue durée, des foyers pour personnes âgées, p. ex., résidences (environ 200 000);
B : les personnes ayant des pathologies médicales à risque élevé vivant de façon indépendante dans la communauté (environ 7 millions);
C : les personnes âgées de plus de 65 ans vivant de façon indépendante et qui ne sont pas inclues dans les groupes 3A et 3B (environ 1 million);
D : les enfants âgés de 6 à 23 mois (les vaccins actuels ne sont pas recommandés pour les enfants âgés de moins de 6 mois);
E : les femmes enceintes * (environ 200 000).
*Présentement, le CCNI ne considère pas les femmes enceintes comme un groupe à risque
élevé dans ses recommandations sur la vaccination antigrippale annuelle. Toutefois, lors
d’une pandémie, les femmes enceintes pourraient être à risque élevé.
 
Groupe 4 :
 
Les adultes sains (environ 8,7 millions)
 
Justification : Ce groupe présente un risque plus faible de développer des complications graves lors des épidémies annuelles d’influenza, mais il constitue la majeure partie de la population active et représente le segment le plus important de la population sur le plan de l’impact économique. La vaccination des adultes sains réduirait la demande en services médicaux et permettrait aux individus de poursuivre leurs activités quotidiennes normales. L’absence simultanée d’un grand nombre d’individus de leur lieu d’emploi pourrait entraîner une perturbation sociale majeure même chez le personnel non essentiel. Les établissements médicaux pourraient aussi être dépassés par la demande, même dans les services externes. Cela pourrait compromettre les soins des patients qui présentent des complications.
 
Groupe 5 :
 
Enfants âgés de 24 mois à 18 ans
 
Justification : Ce groupe présente le risque le plus faible de développer des complications graves lors des épidémies annuelles d’influenza, mais il joue un rôle majeur dans la propagation de la maladie. Tandis que l’absence des enfants dans les écoles n’a sans doute pas les effets économiques et perturbateurs directs de la maladie chez les adultes, elle pourrait avoir un effet indirect, puisque des soins seraient requis pour les enfants malades.
 
Une décision de vacciner des adultes sains et des enfants sains (Groupes 4 et 5) dépend de la
disponibilité d’un approvisionnement adéquat de vaccin. Une quantité beaucoup plus grande
de vaccin devrait être utilisée pour prévenir l’hospitalisation et le décès que pour les personnes âgées et celles qui ont des affections sous-jacentes, pour des raisons démographiques et des différences en terme de risque.
 
On a envisagé de donner la priorité aux membres de la famille des travailleurs de la santé, cependant on a décidé que faire une distinction avec ces individus ne serait pas faisable sur le plan logistique, ni justifiable sur le plan éthique. »
 
Source PDF 4 pages de l’ Agence de santé publique du Canada

Publié dans Santé

Commenter cet article

Le Drakkar Bleu Noir 25/09/2005 16:35

Le gouvernement devait faire un point mis septembre..Transparence - transparente!
Il faut vraiment que l'on puisse communiquer dans tous les types d'entreprises et pour cela il est nécessaire que le gouvernement rencontre les représentations syndicales pour éviter une reprise à des fins tactiques et permettre dans les entreprises une discussion ainsi qu' une mise en place de plans alternatifs aux organisations actuelles.
Bien Amicalement

ryback 25/09/2005 15:58

Oui cette démarche semble être la plus adaptée à maintenir un nombre sain de personne dans chaque pays. Les personnes en contact avec les patients seront dans un premier temps les premiers à être infectés mais après les services des ambulanciers, les secours et les membres des familles concernés, le vaccin lorsqu'il sera prêt pourra agir comme un bouclier (terme imagé bien évidemment mais donnant bien la dimension de la protection). les forces de police seront quant à elles destinées à limiter les risques liés à l'état d'urgence engendré par la présence de la pandémie, je repelle que dans ce cadre, les écoles seront fermées, les transports urbains ne seront plus assurés et il sera conseillé aux gens de rester le plus possible chez eux. pour ainsi dire, les risques d'anarchie et de comportements anti sociaux seront probablement très importants, de ce fait la présence des forces de police semblent être un facteur très important pour assurer la continuité des démocraties.
Enfin, pour limiter la progresson de cette épidémie, des citoyens seront vaccinés pour ne pas servir de porteurs au virus.