arrêt de travail de 2 à 4 mois

Publié le par RR

 
 
arrêt de travail de 2 à 4 mois
 
 
En complément d’information,
au moment où l’on parle des effets des contrôles sur les arrêts de travail,
ce rapport d’origine CNAMTS donne un aperçu global sur la situation des arrêts de travail de 2 à 4 mois.
 
 
 
 
CNAMTS - DSM - Mission des Soins de Ville - Mission Statistique - NV/GS/PhR/PF/HA - octobre 2004
Description des populations du Régime général en arrêt de travail de 2 à 4 mois
 
 
Extrait du rapport
 
- Page 20 –
 
4. DISCUSSION
 
« Cette étude réalisée à partir des bases de remboursement de l’assurance maladie concernait exclusivement la population protégée par le régime général stricto sensu.
 
Elle ne prenait donc pas en compte toutes les professions et catégories socioprofessionnelles (artisans, commerçants, professions agricoles, toutes les catégories de fonctionnaires …).
 
Toutefois, ces résultats sont très informatifs puisque ce régime représente 73 % de la population française métropolitaine pour une dépense liée aux arrêts de travail de 5,4 milliards d’euros en 2003.
 
Par ailleurs, l’effet de saisonnalité lié à l’inclusion sur une semaine des populations étudiées est limité, tout de moins pour les pathologies. En effet, les affections à forte variabilité saisonnière (infections ORL, les gastro-entérites…) sont généralement à l’origine d’arrêts de travail d’une durée plus courte que ceux étudiés dans notre enquête.
 
En ce qui concerne les non-répondants, ils étaient en moyenne plus jeunes et la proportion d’hommes était plus importante. Pour ces assurés, qui n’ont pas donné suite à la convocation, ayant pour objet le contrôle de la justification médicale de l’arrêt de travail par le médecin-conseil, on peut penser qu’ils étaient atteints d’une pathologie moins grave, soit que l’arrêt de travail n’était pas médicalement justifié9.
 
Ces assurés représentaient seulement entre 2,3 % pour la population 3 et 4,6 % pour la population 1 des assurés convoqués.
 
Principaux apports de notre étude
 
Dans notre étude, quelle que soit la durée de l’arrêt de travail, la population en arrêt de travail était plutôt féminine. D’autre études, aboutissaient au constat que les femmes actives s’arrêtaient plus souvent que les hommes, dont une analyse purement statistique de la Cnamts en 1997 . Comme dans notre étude, l’analyse de 1997 montrait également que les durées d’arrêt de travail augmentaient avec l’âge.
 
Les trois principaux motifs d’arrêt de travail constatés étaient
les maladies du système ostéoarticulaire, les troubles mentaux et les lésions traumatiques ;
 
ces pathologies étaient déjà les principales causes des arrêts de travail étudiés dans l’enquête nationale sur les indemnités journalières de la Cnamts de 1994 .
 
Parmi les assurés en arrêt de travail,
 
- les catégories socioprofessionnelles les plus fréquentes étaient les ouvriers et les employés avec comme principale pathologie les maladies du système ostéo-articulaire.
 
- Les arrêts de travail des cadres et professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires étaient plus souvent liés à des troubles mentaux et du comportement.
 
Dans une synthèse publiée en mai 2004 par la Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques (Dares), le lien entre les pathologies et la nature du travail effectué étaient analysé :
 
- problèmes de dos et des membres pour les travaux manuels et dépressions et autres troubles psychiques pour les travaux intellectuels .
 
- Les troubles mentaux et du comportement concernaient plus souvent les femmes (six cas sur dix), spécificité retrouvée dans d’autres pays .
 
- Les lésions traumatiques étaient plus fréquentes dans la population 1 (arrêts plus courts) et chez les assurés de moins de 55 ans.
 
A l’inverse, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire étaient plus fréquentes dans la population 3 (arrêts plus longs) et chez les assurés de plus de 55 ans.Ces deux pathologies rentrent dans le cadre des maladies de longue durée donnant droit à l’exonération du ticket modérateur (ALD 30) et concernent particulièrement les personnes plus âgées .
 
En ce qui concerne les pathologies liées à la grossesse, seules ont été comptabilisées celles qui étaient indemnisées au risque maladie10, ce qui peut expliquer le nombre plus faible de cas dans la population 3.
 
En ce qui concerne les prescripteurs autres que les médecins généralistes, la spécialité « chirurgie orthopédique et traumatologique » était à l’origine de 8,7 % à 11,4 % des prescriptions d’arrêt de travail, en fonction de la durée, alors qu’elle ne représente que 1,5 % des effectifs des médecins libéraux .
 
La comparaison des caractéristiques socioprofessionnelles de la population de notre étude, assurés du régime général stricto sensu en arrêt de travail, à celles de la population active France entière (tableau X), mettait en évidence les constats suivants :
 
- quelle que soit la durée de l’arrêt de travail, la classe d’âge des 55 ans et plus était surreprésentée par rapport à la population active (entre 16,0 % et 21,3 % versus 9,9 %);
 
- dans la population active la proportion de femme (45,6 %) est moins importante que celle des hommes, au contraire dans notre population d’assurés en arrêt de travail la proportion de femme était plus importante (entre 55,3 % et 58,0 %);
 
- plus de 40 % des assurés en arrêt de travail étaient des ouvriers, alors qu’ils ne représentent que 26,9 % de la population active. A l’inverse, les cadres et les professions intellectuelles supérieures étaient moins représentés (entre 5,1 % et 5,7 %) par rapport à la population active (14,0 %);
 
- la proportion d’assurés en arrêt de travail sans aucun diplôme était plus importante par rapport à la population active (entre 24,6 % et 27,9 % versus 20,0 %). A l’inverse la proportion d’assurés en arrêt de travail qui avaient un niveau d’étude CAP, BEP et BEPC (entre 43,9 % et 45,9 %) était moins importante par rapport à la population générale (50,2 %);
 
- les pourcentages d’assurés inscrits au chômage au début de leur arrêt de travail n’étaient pas différents selon la durée de l’arrêt de travail mais globalement, ces taux étaient un peu plus élevés que ceux donnés par l’Insee à âge égal . »
 
Source du PDF de 35 pages

Publié dans Santé

Commenter cet article

ryback 22/09/2005 17:06

Les troubles mentaux et du comportement concernaient plus souvent les femmes.
***** Tiens curieux !, vraiment curieux ! *******
Bonne continuation.