Le pouvoir d’écrire les règles du pouvoir

Publié le par RR

Tribune d'Etienne CHOUARD sur AGORAVOX

Ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir

Le débat sur le TCE en 2005 a révélé un piège en train de se verrouiller sur les citoyens dépolitisés, trop confiants jusque-là.

Pour sortir de la préhistoire de la démocratie, et donner aux citoyens les moyens de réellement résister à l’oppression, notamment entre deux élections, il faut cesser de tricher au moment d’écrire les règles du pouvoir, au moment d’écrire notre Constitution.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes se joue aux moments où l’on écrit ou modifie la Constitution.

Nous sommes, depuis longtemps, trop nombreux pour gérer directement les affaires de la Cité: nous avons donc besoin d’être représentés et de mettre en place des pouvoirs.

Mais ces pouvoirs sont, par essence, très dangereux pour nous tous.

  • QUI donc écrit le texte supérieur qui définit les pouvoirs et leurs limites?

  • QUI met en place les rouages des indispensables contre-pouvoirs?

    Depuis la nuit des temps, ce sont les hommes au pouvoir, ou les hommes candidats au pouvoir, qui se chargent d’écrire eux-mêmes les règles du pouvoir.

    Ceci est un vice majeur qui rend impossible l’honnêteté dans ce texte fondateur de la Cité.

    En effet, les hommes politiques professionnels, qu’ils soient actuellement au pouvoir ou même seulement candidats au pouvoir, sont juges et parties dans le processus constituant, ce qui les conduit naturellement à tricher et à mettre en place des contrôles factices, ou à refuser aux citoyens les moyens de résister les plus importants, notamment entre deux élections.

    Par exemple, ils vont trouver tous les défauts au référendum d’initiative populaire, pour mettre leur propre pouvoir à l’abri du contrôle direct des citoyens, au lieu de défendre l’intérêt général.

    Autres exemples importants: ils vont s’arranger pour ne prévoir ni le décompte ni les effets des votes blancs, qui permettraient aux électeurs de refuser simplement tous les candidats en présence, et ceux du mandat impératif, qui permettrait de contrôler que les élus ont bien respecté leurs promesses électorales.

    Ils vont autoriser le cumul des mandats et leur renouvellement indéfini, alors qu’on sait que le pouvoir corrompt et qu’il faut donc le faire tourner souvent, comme une indispensable hygiène démocratique.

  • ....la suite de cette tribune sur AGORAVOX

    Publié dans Politique

    Commenter cet article