Vidéos de l'Exercice de simulation de LYON

Publié le par RR

Exercice de simulation

 d’épidémie de grippe aviaire à Lyon

pour voir le film il vous faudra cliquer sur la pointe sous progession
Durée : 2’30

Point presse du Premier ministre à l’issue de la simulation d’épidémie de grippe aviaire

 

Merci d’abord, à chacune et chacun d’avoir participé à ce premier exercice régional effectué sur la grippe aviaire. J’ai été très heureux ce matin, à Lyon, de participer à cet exercice, avec D. Perben, X. Bertrand, D. Houssin, et F. Delon.

L’exercice auquel nous avons assisté, vous avez pu le suivre, simule l’arrivée à l’Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, de personnes touchées par le virus de la grippe aviaire. C’est un cas de figure possible, auquel nous devons savoir réagir. Nous avons vérifié le bon fonctionnement de la chaîne d’alerte, nous nous sommes assurés de la qualité de la réponse médicale. Les agents du Samu, les personnels hospitaliers, les experts en virologie sont préparés, nous avons pu le constater, à une telle situation. Nous avons vérifié également la qualité de l’organisation des pouvoirs publics. C’est une chaîne de sécurité qu’il nous faut définir, et à chaque étape, ce que nous souhaitons, c’est en permanence pouvoir améliorer et sécuriser la réponse. Je me suis également rendu dans un laboratoire de Sanofi-Pasteur, pour faire le point sur la recherche sur le vaccin. Et à cet égard, je voudrais rappeler deux choses si vous le permettez. Il n’y a pas eu de contamination du virus de l’homme à l’homme ; les cas de transmission du virus, de l’animal à l’homme, restent limités, et ils sont liés à des contacts rapprochés avec des oiseaux infectés.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la France est l’un des pays les mieux préparés à l’hypothèse d’une pandémie. Nous disposons d’un stock de masques et d’une capacité de production sur notre propre sol ; nous disposons d’un stock de médicaments antiviraux nous permettant de traiter 14 millions de personnes, conformément aux estimations des experts. Nous avons décidé d’augmenter nos réserves. En 2007, nous disposerons de 33 millions de traitements antiviraux. Nous avons aussi réservé pour tous les Français des vaccins qui seront produits dans l’hypothèse où le virus se transmettrait d’homme à homme.

Le Gouvernement est mobilisé pour prévenir la propagation de l’épizootie. Comme vous le savez, un premier élevage a été touché dans l’Ain. Les accès à l’exploitation ont été fermés ; une zone de protection de 3 kilomètres autour de l’exploitation, avec une zone supplémentaire de 7 kilomètres a été mise en place. Donc, zone de protection et zone de surveillance. Des matériels de désinfection ont été installés. Les volailles de l’élevage ont été abattues par précaution, et nous avons pris toutes les mesures possibles de protection pour stopper l’extension de l’épizootie.

Face à ce défi, je voudrais aujourd’hui vous adresser trois messages :

-  Le premier, c’est un message de transparence, c’est une exigence qui s’impose à tous. Les pouvoirs publics feront preuve d’une transparence totale sur l’éventuelle progression de la maladie, chez les oiseaux sauvages, chez les volailles, bien sûr. Les ministres concernés et les experts me rendent compte chaque jour de l’état de la situation. D. Bussereau fera un point demain.

-  Deuxième message, c’est un message de protection. Le Gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour informer et pour protéger nos compatriotes. Je rappelle à cet égard que l’Agence Française Sanitaire de Sécurité des Aliments a recommandé que les enfants évitent les contacts avec les pigeons, avec les canards, dans les parcs publics. Elle a également confirmé que la consommation d’œufs et de volaille est sans danger. Nous avons décidé des mesures de protection pour les personnes qui ont été en contact direct avec les volailles infectées, à la fois les éleveurs et les vétérinaires en particulier. Ils seront mis sous Tamiflu et feront l’objet d’un suivi médical strict.

-  Le troisième message, c’est bien sûr le soutien à l’ensemble de la filière, éleveurs et filière avicole. Nous allons commencer la vaccination des volailles. Pour autant, les mesures de confinement et de protection des élevages sont maintenues pour garantir le maximum de sécurité. Nous avons également prévu des indemnisations et des allègements fiscaux à hauteur de 11 millions d’euros pour la filière. Nous avons débloqué 52 millions d’euros supplémentaires pour les éleveurs et la filière avicole. Ma responsabilité, notre responsabilité aujourd’hui, c’est de tout faire pour assurer l’information et la protection des Français.

.

le texte sur le site du Premier Ministre

Publié dans Santé

Commenter cet article

ryback 08/03/2006 19:31

Bonjour drakkar - Cet exercice a le mérite d'avoir mis tous les services au pied du mur et de permettre probablement de mettre à jour certains disfonctionnement qui seront réglés avant une éventuelle pandémie.

http://surfgagnant.blogtrafic.com/ 07/03/2006 17:14

A gagner sur internet