Pilotage des établissements : L’intérêt des indicateurs sentinelles opérationnels

Publié le par RR

- Santé -
Pilotage des établissements.
L’intérêt des indicateurs sentinelles opérationnels.
 
Un article de
François-Xavier SELLERET
Direction des ressources financières et du contrôle de gestion
Sandrine COURAY-TARGE
Département d’information médicale
Hospices civils de Lyon
 
Un article intéressant dont voici deux extraits :
 
« La tarification à l’activité, en faisant dépendre le budget des établissements de leurs activités médicales, appelle un pilotage des recettes et des ressources, et ce aux niveaux stratégique et opérationnel.
 
Le choix des indicateurs de pilotage n’est pas neutre : la T2A ressortant d’une logique de concurrence par la comparaison, les indicateurs retenus doivent d’abord permettre et favoriser la comparaison interne et externe, à la moyenne comme aux meilleurs (benchmarking).
 
Mais les indicateurs ont également vocation à traduire et à porter les objectifs stratégiques d’une institution. En nombre limité, ces indicateurs n’ont effectivement de sens que s’ils sont reliés aux objectifs stratégiques de l’institution et que s’ils en sont la déclinaison pour chaque interlocuteur dans son champ de responsabilité. »
 
….
 
Pilotage de la performance et choix des indicateurs
 
« La T2A fait de la rémunération au séjour la principale recette des établissements. Maîtriser la réalisation de ce séjour est donc l’objet du pilotage et l’optimisation du parcours du patient dans l’établissement est alors l’objectif recherché. Mais piloter cette trajectoire nécessite d’envisager une conception large de la performance car les conditions de réalisation d’un séjour sont multiples.
 
Or, les indicateurs de pilotage ont le plus souvent été développés dans une optique budgétaire et comptable utilisant en conséquence des informations financières en partie issues de la comptabilité analytique et concevant la performance principalement dans sa dimension budgétaire : en budget global, la maîtrise budgétaire est recherchée.
 
Les indicateurs financiers sont des indicateurs de résultat qui informent effectivement sur la consommation de ressources de l’organisation à travers le coût de production des différentes activités : coût complet, coût partiel,coût fixe, coût variable, coût direct, coût indirect.
 
Mais ces indicateurs donnent une information limitée sur le processus de formation de ces coûts ainsi que sur les moyens de maîtriser ou de réduire ceux-ci. Indicateurs d’entrée et de sortie informant sur la performance passée, ils ne disent rien sur la performance à venir et ne permettent donc pas de piloter la performance, aujourd’hui davantage conçue dans une dimension plurielle et globale quel que soit le secteur professionnel. En conséquence, ils ont une portée et un intérêt limités, ne jouant pas un rôle de conseil et d’aide au pilotage.
.
Pour piloter la trajectoire du patient, le choix d’indicateurs diversifiés, notamment opérationnels, complémentaires par rapport aux indicateurs financiers, apparaît donc nécessaire. D’une part, des indicateurs opérationnels souvent orientés processus captent la performance plus en amont que les indicateurs financiers qui informent sur le résultat produit. Ils permettent ainsi de mettre en évidence les déterminants des résultats et le processus de formation des coûts, par exemple le lien entre évolution de la durée moyenne de séjour (DMS) et évolution du nombre de séjours. Il en est de même entre DMS et coût des séjours.
.
Outils simples et opérationnels, rapidement et facilement disponibles, ils sont en outre de bons indicateurs avancés des résultats du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) tant en évolution de l’activité et des recettes que du niveau d’utilisation et de couverture des coûts fixes. »
 
 L’article sur le site de Gestions Hospitalières
 
 

Publié dans Santé

Commenter cet article