Qu'est-ce que la valeur ajoutée ?

Publié le par RR

Qu'est-ce que la valeur ajoutée ?


Qu'est-ce que la valeur ajoutée (VA) d'une entreprise ?

La valeur ajoutée d'une entreprise est le solde entre la valeur de la production (quantité de produits ou services vendus multipliée par leur prix) et la valeur des consommations intermédiaires nécessaires à la production : achats de matériels, de matières premières et de services. Dans cette définition, la valeur ajoutée est dite "brute", dans la mesure où l'amortissement des matériels n'est pas déduit.

Le produit intérieur brut (PIB) d'un pays est la somme des valeurs ajoutées de ses acteurs économiques, entreprises et administrations. La valeur ajoutée mesure ainsi la "richesse produite", par une entreprise ou par un pays.

La VA peut être également définie par la nature des dépenses qu'elle permet de faire. Outre l'amortissement des équipements (dont la déduction donne la VA "nette"), la VA permet de rémunérer les personnels (salaires), les actionnaires (dividendes), les créanciers (intérêts), les administrations et organismes sociaux (impôts et cotisations sociales).

Le solde constitue le bénéfice nécessaire à des investissements ultérieurs.

Comment s'est répartie en 2004 la VA brute des sociétés non financières ?

La VA brute des sociétés non financières était en 2004 de 828,5 milliards d'euros, selon les comptes nationaux de l'Insee. Cette somme se répartissait entre les salaires et traitements bruts (401,7 Mds, 48 % du total), l'excédent brut d'exploitation (EBE = valeur ajoutée moins les salaires, les charges et les impôts sur les produits essentiellement la taxe sur la VA, soit 255,2 milliards, 31 %, les cotisations sociales à la charge des employeurs (137,5 Mds, 16 %), les impôts sur la production (taxe professionnelle, taxe foncière et versement transport), soit 34,9 Mds, 4 %, l'impôt sur les salaires (9,5 Mds, 1 %). L'EBE se répartissait lui-même essentiellement entre le versement de dividendes (126 Mds, 15 % du total de la VA) et d'intérêts (69,5 Mds, 8 %), l'impôt sur les sociétés (27,8 Mds, 3,3 %), les prestations sociales aux employeurs (13,7 Mds, 1,6 %).

Le revenu brut disponible pour l'investissement était de 128,6 Mds (15 %).

Comment s'est répartie en 2004 la valeur ajoutée brute des sociétés financières (banques et assurances) ?

La VA brute des sociétés financières était en 2004 de 67,2 milliards d'euros. Cette somme se répartissait entre les salaires et traitements bruts (28,7 Mds, 42 % du total), l'excédent brut d'exploitation (22,6 Mds, 33 %), les cotisations sociales à la charge des employeurs (11,9 Mds, 18 %), la taxe sur les salaires (2,9 Mds, 4 %), les impôts sur la production (2 Mds, 3 %).

Mais les spécificités de l'activité des sociétés financières font que l'essentiel de leurs ressources provient moins de la production de biens et de services que du revenu des crédits (intérêts, 178,8 Mds), des participations (dividendes, 43,6 Mds) et des primes d'assurance (29,3 Mds) : une cotisation sur la seule "valeur ajoutée" n'aurait donc pas le même poids pour les sociétés financières que pour les sociétésnon financières.

Les ressources des sociétés financières se répartissaient essentiellement entre le versement d'intérêts (146 Mds), de dividendes (31,8 Mds), d'indemnités et prestations d'assurance (50,8 Mds), de l'impôt sur les sociétés (10 Mds), dégageant un revenu brut de 22,2 Mds (15 %) disponible pour l'investissement.

LE MONDE ECONOMIE | 20.01.06 | 18h13  •  Mis à jour le 20.01.06 | 18h13

un clic sur ces pages ouvre l'article sur le site du Monde

 

 

Publié dans Economie

Commenter cet article