RAPPORT sur enseignements des simulations de la libéralisation des échanges

Publié le par RR

à vous de VOTER .../...cliquez sur cette bannière pour découvrir les fiches de lecture
RAPPORT D'INFORMATION
.
Fait au nom de la délégation du Sénat pour la planification
sur les
principaux enseignements des simulations
 de la
libéralisation des échanges commerciaux.
.
extait de la présentation
.
"Ce rapport d'information présente les travaux récents du Centre d'études perspectives et d'informations internationales (CEPII) sur l'impact de la libéralisation des échanges commerciaux.
 
En présentant ces travaux d'experts, votre Délégation à la planification est fidèle à sa mission d'évaluation quantitative et de prospective macroéconomique, que lui ont confiée M. le Président et le Bureau du Sénat.
 
A quelques jours de l'ouverture de la Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui se tiendra du 13 au 18 décembre 2005 à Hong-Kong, un éclairage quantitatif sur l'impact de ces négociations paraît opportun. Peut-être cet éclairage contribuera-t-il à donner une dimension moins passionnelle à la manière dont, dans le débat public en France, mais aussi dans la plupart des pays riches, cette problématique est abordée. C'est l'ambition essentielle de ce rapport d'information et aussi sa limite : il ne saurait être question pour vos rapporteurs de faire le point sur le déroulement des négociations ou de formuler des recommandations sur son issue ou sur la position française.
 
Au Sénat, en effet, depuis le lancement du Cycle de Doha, le Groupe de travail sénatorial chargé de suivre les négociations à l'OMC présidé par notre collègue Jean Bizet, s'acquitte parfaitement de cette tâche.
 
Les rapports successifs de la Banque mondiale ou de l'OCDE, s'appuyant sur de nombreux travaux d'experts et d'universitaires et des simulations réalisées à l'aide de modèles économiques aboutissent à des conclusions claires et partagées. Celles-ci peuvent se résumer trivialement comme suit :
 
¤ la libéralisation des échanges a un impact positif sur le commerce mondial et le bien-être ;
 
¤ il s'agit d'un « jeu gagnant-gagnant » ; non seulement cet impact est positif pour les pays riches, mais surtout il est proportionnellement plus important pour les pays en développement ;
 
¤ la libéralisation agricole est décisive car ses effets sont très supérieurs au poids du secteur agricole dans l'économie mondiale et parce qu'elle est susceptible de créer une dynamique dans les pays en développement, qui entraînera les secteurs non agricoles ;
 
¤ le protectionnisme est source de mauvaise allocation des moyens de production, de rentes de situation et des pertes d'efficience : ceci vaut pour les pays du Nord comme pour ceux du Sud, et la réduction de ces protections serait globalement profitable aux premiers comme aux seconds ;
 
¤  surtout, le maintien de barrières protectionnistes au Nord constitue un frein au développement des pays du Sud.
 
Ce tableau dessine, à gros traits, le paysage dans lequel s'inscrivent les organisations économiques internationales (Banque Mondiale, FMI, OCDE,...), la plupart des Gouvernements des pays riches, ceux des pays émergents, des pays les moins avancés, des Organisations non gouvernementales (ONG) qui interviennent dans le champ des politiques de développement.
 
Dans ce contexte, quel peut être l'apport des travaux du CEPII sur ces questions ?"
.
lire la suite du rapport en HTML sur le site du SENAT
.
télécharger le document téléchargement du fichier 744 Ko en PDF
 

Publié dans Economie

Commenter cet article